19 Déc 2015

L’ubiquité frustrante des associés de SEL

Les professionnels libéraux ont la possibilité de constituer des sociétés commerciales sous forme de sociétés d’exercice libéral depuis la loi n° 90-1258 du 31 décembre 1990.
Ces sociétés peuvent prendre les formes suivantes : société à responsabilité limitée (SELARL), société anonyme (SELAFA), société par actions simplifiée (SELAS) ou commandite par actions (SELCA). Leur imposition de plein droit à l’impôt sur les sociétés demeure l’un de leur principal attrait.

D’un point de vue social, nous devons distinguer trois catégories d’associés :
• Les mandataires sociaux qui relèvent du régime général de la Sécurité Sociale à l’exception des gérants majoritaires de SELARL ou les gérants de SELCA
• Tout comme les mandataires sociaux, les associés exerçant leur activité professionnelle avec un lien de subordination relèvent eux aussi du régime général de la Sécurité Sociale
• Quant aux associés exerçant leur activité professionnelle sans lien de subordination, ils relèvent du régime social des travailleurs non salariés.

Ainsi, certains dirigeants auront une double affiliation, comme par exemple le président de SELAS, qui sera socialement un salarié au titre de son mandat de président mais également travailleur non salarié au titre de son activité professionnelle. On aura donc tout intérêt à dissocier la rémunération du mandat social de celle de l’activité professionnelle. Une non-dissociation sera préjudiciable à la société pour le paiement, par exemple, de la taxe sur les salaires.

Mais d’un point de vue fiscal, la situation est toute autre. En effet deux réponses ministérielles (Cousin du 16 septembre 1996 et Lamour du 15 août 2006) précisent que l’associé d’une SEL n’exerce pas une activité indépendante, quel que soit son statut social.

Ainsi, les associés de sociétés d’exercice libéral (SEL), en l’absence de lien de subordination, et seulement eux, possèdent un certain don d’ubiquité. En effet, au plan social, ils sont affiliés au régime des non-salariés pour leur activité au sein de la société ; mais au plan fiscal, leur rémunération est soumise au régime des salaires.
Cette dichotomie entre le statut social et le statut fiscal a fait l’objet de plusieurs questions aux ministres. Celles-ci sont restées, à ce jour, sans réponse.

Mais cette contradiction a-t-elle des conséquences ? Est-ce grave docteur ?

D’un point de vue fiscal, cette contradiction emporte de nombreuses conséquences en matière notamment d’ISF, de CVAE, de TVA, de taxe sur les salaires, de taux de CSG sur les dividendes….
Mais également d’un point de vue social : l’associé de SEL sans lien de subordination relève du régime social des travailleurs non salariés et peut donc à ce titre souscrire des contrats Madelin. Mais étant « salarié » d’un point de vue fiscal, ces cotisations ne seront aucunement déductibles. Il serait temps qu’un effort de clarification soit conduit sur ce sujet qui concerne des milliers de professionnelles libéraux.
Pour aller plus loin, comme le préconise l’Institut de la Protection Sociale, une réforme moderne doit permettre aux dirigeants de sociétés et associés de SEL de choisir librement leur statut social et que ce statut social soit aligné sur le statut fiscal. Il n’est pas sain que la forme juridique d’une société continue d’être dictée par le statut social qu’elle impose.

Imprimer

Commentaires

  • Mario Sabatier
    19 octobre 2016 Répondre

    Merci pour cet éclairage. Un contrat de travail bien formalisé permettra-t-il de qualifier le lien de subordination ?

    • Rolland NINO
      21 octobre 2016 Répondre

      Le contrat est nécessaire mais pas suffisant. Le lien de subordination sera jugé à l’épreuve des faits.

  • Louis NOEL
    5 avril 2018 Répondre

    Je tombe sur votre article fort utile au milieu d’une quasi absence de documentation sur le sujet notamment pour le Président de SELASU. Merci !
    Finalement, le mieux n’est il pas de prévoir une absence totale de rémunération au titre du mandat social pour ne pas s’acquitter de la retraite du régime salarié ?

    • Rolland NINO
      6 mai 2018 Répondre

      c’est exactement cela

Ecrire un commentaire